ESTELLE LAGARDE
"De Anima Lapidum"
LA COLLECTION
"40 photographies pour 40 bougies"
CAROLINE CHIK
"Humanité"
JEAN-CLAUDE DELALANDE
"Quotidien"
MATHIAS GRENNHALGH
"Wallsekaai 47 (FOMU)"
RAPHAEL HELLE
"Dérèglement"
MIREILLE LOUP
"Beneath-beyond"
MARIE MONS
"Aurore Colbert"
CLAIRE ET PHILIPPE ORDIONI
"Portraits baroques"
ANITA POUCHARD-SERRA
"Urbanités latentes"
MELANIE WENGER
"Marie-Claude, la dame aux poupées"
ADRIEN BASSE-CATHALINAT
"La ligne"
BENJAMIN JUHEL
"ARK"
ERIC DROUSSENT
"Décalage immédiat"
JEAN PELLAPRAT AVEC JEREMY PAON
"ON-OFF // Grenoble"
FRANCESCA DAL CHELE
"Le passé de l'avenir"

 

MARIE MONS

''Aurore Colbert''

Au centre des expositions Paul Courboulay / Le Mans

Marie Mons Les Photographiques“Partir c’est mourir un peu, et Marie Mons l’a pris au pied de la lettre. Et mourir c’est renaître. Pour son séjour à Seyðisfjörður en Islande, la photographe a choisi de se laisser porter par son environnement, de l’absorber et d’en restituer le golem. Elle a investi le territoire, le paysage, le village, les habitants, pour faire émaner une nouvelle identité, Aurore Colbert.
Marie Mons a passé l’hiver à Seyðisfjörður, village islandais réputé mystique, encadré par trois montagnes, et privé de soleil cinq mois durant. Au bord des fjords, entre rituels chamaniques, vie sociale et pulls locaux, elle a créé de toutes pièces, fictives et réelles, un nouvel être nourri du hasard et des signes qu’elle a bien voulu interpréter : Aurore Colbert, vrai faux monodrame dont les habitants du village sont devenus les acteurs.”
Carine Dolek (journaliste et commissaire indépendante)

MARIE MONS est une artiste visuelle diplômée de l’École supérieure d'Arts Graphiques Penninghen.Née en 1984, elle vit et travaille entre Paris et Bruxelles.
Entre recherches plasticiennes et interrogations de l’intime, Marie Mons propose une photographie protéiforme, à la fois libre et très construite. Elle questionne le territoire avec sensibilité et rigueur : paysages géographiques et contrées personnelles résonnent ainsi à travers l’ensemble de son travail. Marie poursuit ses recherches dans le cadre de résidences : CACP Villa Pérochon, Niort, 2017 ; Lunga School, Islande, 2016 ; The Banff Center, Canada, 2014 ; Instinc, Singapour, 2014 ; Arteles, Finlande, 2011. Elle explore ainsi par tous les moyens qui s’offrent à elle son univers intérieur mais aussi le monde qui l’entoure et invente un langage onirique pour nous le raconter.
Membre du collectif Femmes Photographes.