MATHIAS GREENHAGH

''Waalsekaai 47 (Fomu)''

Au pavillon du Parc Théodore Monod / Le Mans

Mathias Greenhalgh Les PhotographiquesCette série a été créée suite à une première visite au Musée de la Photographie d’Anvers (Fomu). J’ai été frappé par le potentiel d’abstraction des espaces restructurés par Georges Baines et Patrick de Sterck, notamment les volumes d’accueil et de circulation, laissés nus. J’ai pris quelques photos avec le 35mm que j’avais avec moi. Les photos résultant de ce premier repérage avaient trop de grain et j’avais envie d’améliorer le cadrage.
 Anvers est à 45 minutes de Bruxelles, j’y suis retourné avec un moyen format, un trépied et une pellicule moins sensible. J’ai consacré tout l’après-midi à retrouver les meilleurs premiers cadrages. J’ai travaillé de nouveaux points de vue dans le temps plus long exigé par le trépied. La vision de l’image inversée sur le verre dépoli permet de préciser les cadrages avec patience et soin. Le résultat plus construit de cette deuxième approche s’accordait plus à ce que j’imaginais retranscrire de cet espace dont je n’avais pas encore épuisé le potentiel.
Cette série s’inscrit également dans la lignée d’un travail effectué précédemment dans lequel je recherchais une abstraction géométrique. Je ne procède à aucune retouche, c’est au cadrage que se fait l’épuration qui tend à idéaliser les vues d’espaces réels.

MATHIAS GREENHAGH

Biographie

Je suis né le 14 juillet 1991 à Falkirk en Ecosse. Ma famille a ensuite déménagé en Angleterre jusqu’en 2001 avant de s’installer en France, pays dans lequel j’habite depuis. Ayant toujours baigné dans un milieu artistique avec un père photographe et professeur et une mère peintre et graveuse, je me suis naturellement orienté vers des études d’art. C’est donc en 2011 que j’ai commencé mes études aux Beaux Arts du Mans, d’où je suis sorti avec un DNAP en art (mention Identité Plastique) en 2014, et un DNSEP en art (avec les félicitations du jury) en 2016.
Lors de mes études je me suis spécialisé en photographie, en m’interrogeant sur les liens que le médium entretient avec l’architecture et l’abstraction géométrique. Ces recherches photographiques formelles m’ont également poussées à m’intéresser aux architectures et leurs histoires, devenant actuellement la principale ligne directrice de mon travail.